Ce que personne ne vous dit sur l'addiction des réseaux sociaux

 

Pour le mois du  Ramadan, j’avais décidé de me couper d’instagram, le seul réseau social que j’utilise quotidiennement. J’avais décidé de profiter du mois sacré de Ramadan pour changer ma routine. Qui dit mois sacré, dit aussi période propice pour créer de nouvelles habitudes. Je me suis coupée littéralement de cette effervescence et du flot d’information qu’on trouve sur instagram. J’ai supprimé l’application de mon téléphone pour ne plus être tenter de le regarder toutes les 2 minutes. Au début je sentais qu’il me manquait quelque chose, pour la simple raison, je me suis créé des automatismes en regardant mon téléphone toutes les “6 secondes”. 

Quand j’ai supprimé l’app., je me suis libérée de certains automatismes et je me suis créée de nouvelles habitudes pour y pallier. Les nouvelles habitudes m’ont aidée à trouver un certain équilibre, une tranquillité d’esprit et “last but not least” j’ai vécu “le moment présent”.

Dans cette article je te dis ce que j’ai découvert et ce que ça m’a apporté de supprimer l’application pendant un mois.

Changer mes habitudes

En supprimant cette application de mon téléphone, je savais que je n’allais plus recevoir de notifications ou bien même avoir  la curiosité d’aller voir ce qui se passe toutes les 6 secondes. Je me suis rendue compte que j’avais développer une addiction à cette application. Non j’ai pas fait le coup de “j’arrête 24h ou 48h. Je me suis engagée avec moi-même  sur une période de 1 mois pour ne plus utiliser instagram.

La nouvelle habitude s’est très vite installée, parce que je ne pouvais pas retourner en arrière et re-télécharger l’application. Quelques  jours plus tard, je ne ressentais plus le besoin de regarder mon téléphone, parce qui il n’y avait rien à regarder.

J’ai lu qu’il fallait 21 jours pour créer de nouvelles habitudes. D’après mon expérience, il m’en a fallu beaucoup moins, j’ avais  adopté un autre schéma entre ma pensée, ma réaction et mon action.

les pensées

La fonction principale de mon téléphone était, dorénavant, de me donner l’heure et de me réveiller. J’ai supprimé cet automatisme de regarder mon téléphone toute les “6 secondes” ou même de le chercher partout: dans mon sac, à la maison,… comme s’il faisait partie d’un de mes organes.

chercher dans son sac

Tranquillité de l’esprit

En adoptant une nouvelle habitude de pensée, de réaction et d’action, j’ ai réussi à oublier que  j’avais un téléphone. Celui ci pouvait se trouver au fond de mon sac ou quelque part dans la maison je ne cherchais plus après lui toutes les 6 secondes. Je ne faisais plus « comme un toutou », pardon pour l’expression mais c’est exactement ça. Je me suis rendue compte que j’avais  développer  une addiction sans m’en rendre compte.

addiction

En supprimant instagram, je me suis  éloignée du matraquage d’information, du défiler des posts et  des  photos. Mes yeux se sont reposés  et mon cerveau s’en est apaisé. À lire tout le monde, on fini par lire personne. Je suis abonnées à peu prés 500 comptes, et j’essaie de me désabonner le plus souvent et faire du balayage ( quand je fais du balayage je tombes sur d’autres comptes intéréssants). 

Notre cerveau se sature à force de lire et de zieuter les photos qui sont publiées non-stop . Je me suis souvent rendue compte qu’à peine j’étais  sortie de l’application, j’avais déjà quasiment oublié tout ce que j’avais lu et appris. Souvent j’ai essayé de me mettre des limites et je me disais:  « Bon Siham, tu vas sur Instagram seulement pour 10 minutes! » et ces 10 minutes se  transformaient souvent en heure. Pourquoi je me perdais à passer des heures comme ça? Parce que je tombais dans la distraction. C’est quoi la distraction dans ce genre de situation? La distraction est une prolifération de pensées, à force de zieuter nos écrans passivement on fini par perdre notre concentration et on est envahi par des pensées inconsciente.

la difficulté provenant de la technologie

De plus, on  est tellement submergé d’informations et d’options, qu’on souffre de ce que les psychologues appellent le paradoxe du choix. Plus on nous propose d’options, moins on est satisfait de notre choix et on passe son temps à faire défiler les posts, encore et encore …. Et tout ça crée de la frustration en nous .

Toute notre société Post-Moderne est, ainsi construite sur la frustration. Les réseaux sociaux sont un bel example,  pour nous faire vivre dans  la frustration permanente.

frustration

Des fois, j’avais l’impression que si je ne regardais pas mon téléphone dans la seconde qui suivait j’allais rater  “The Information”. Tu imagines cette information importante et cruciale qui va changer le cours de notre vie. (C’est pas l’information que tu vas lire qui changera ta vie, mais c’est toi même qui l’a changera).

Vivre le moment présent

Quand j’ai commencé à m’intéresser au développement personnel, j’avais lu, que nous avions en moyenne 60 000 pensées par jour qui traversent notre notre esprit. Cela correspond à environ 40 pensées par minute. Les psychologues  disent que 95% des ces pensées sont les mêmes qu’hier et que 80% de ces pensées sont souvent négatives. Si on ajoute ces pensées,  à notre façon de vivre avec nos smartphones, nous sommes bombardés de toute part  involontairement. Et le pire, c’est qu’on en est même pas conscient.plonger dans les pensées

Distractions, flots d’informations, intrusion de pensées…Certaines personnes pour oublier leur quotidien “merdique” se noient dans tout ce flow. C’est surement pas de cette façon qu’elles trouveront la solution, le salut, et encore moins la paix dans leur vie.Toute cette distraction nous empêche d’être présent  et donc de nous dégager un espace de liberté intérieur.

se noyer dans son téléphone

Chaque instant est la seule chose que nous possédons vraiment. Notre vie c’est maintenant. Pas hier, pas demain, MAINTENANT.  Le présent est sacré

Dans cette distraction permanente, nous sommes inconscient de notre attitude et de notre comportement, et c’est ce qui empoissonne notre vie et notre quotidien.

Comme je le disais, être présent c’est se dégager cet  espace de liberté  qui est en nous. Apprendre à se distancer du virtuel, qui est un monde parfois insidieux et qui crée en nous des pensées parfois sournoises. Ces pensées peuvent parfois nous faire perdre notre bon sens, et notre bon sens nous sert à réfléchir sur nos réelles intentions.

Lorsqu’on s’attache véritablement à déterminer ce qui compte pour nous, ce qu’on veut faire ou accomplir, on devient beaucoup plus respectueux envers soi meme. On ne se contente pas que d’être des suiveurs”followers”.

Etre  présent c’est être concentrer et consciencieux de soi. C’est etre responsable.

concentration

 

Choisissez bien vos influences

Concernant ce chapitre je reprend mon article du livre Les lettres secrètes du moine qui vendit sa Ferrari

Nous ne traversons pas la vie seuls ou séparés du monde qui nous entoure. Nous devons toujours être conscient des choses et des gens que nous laissons entrez dans notre vie. C’est faire preuve de sagesse que de choisir de passer du temps avec ces lieux qui nous animent; qui nous remplissent d’énergie. Et de nous associer à des gens qui nous stimulent et nous inspire.

 

Pour conclure, les réseaux sociaux peuvent être assez nocif pour notre mentale, si nous nous mettons pas de réels limites. Même avec la meilleur volonté du monde, on peut vivre dans une sorte d’addiction. Je ne te dis pas de se couper totalement, il a  “du bon” dans les réseaux sociaux mais il y a aussi ce coté insidieux. On peut très vite tomber  dans un piège, sans s’en rendre compte. Je penses qu’il faudrait se réserver des heures ou des jours entiers pour se couper du monde virtuel et de ses influences, et s’offrir un réel espace de liberté.

 

2 Comments on Ce que personne ne vous dit sur l’addiction des réseaux sociaux (Instagram)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *