Catégorie : Spiritualité

Les 4 accords toltéques

 

Les 4 accords Toltèques sont en une sorte de « guide de conduite » qui nous aide  à prendre conscience et à revoir notre façon d’être. Les accords sont des mantras puissants et pleins de sens pour ceux qui veulent se réveiller et prendre pleinement possession d’eux-mêmes. Ce petit livre de poche est un « must » à lire pour apprendre 4 vérité qui changeront le destin de votre vie.

1er Accord «  Que ta parole soit impeccable »

La parole n’est pas seulement un son ou un symbole écrit. C’est une force ; elle représente notre capacité à nous exprimer et à communiquer. La parole étant de la magie et son mauvais usage de la magie noire. Dans notre société la parole est nécessaire pour échanger avec les autres. Mais le plus souvent on l’utilise pour exprimer sa colère, la jalousie, l’envie, la haine. Sans s’en rendre compte cela crée du poison personnel. La médisance est devenue la principale forme de communication dans la société. Elle est la pire de la magie noire, c’est du poison pur. Elle détruit des vie, brise notre estime de soi… En prenant conscience du pouvoir des mots on peut opérer un changement. Avoir une parole impeccable c’est répandre le bonheur, l’amour. Etre en harmonie avec soi et avoir confiance c’est s’immuniser contre tout sort. Cela conduira à la liberté personnelle, au succès et à l’abondance.

2éme Accord « Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle »

Par exemple si quelqu’un vous insulte, il ne faut pas le  prendre de façon personnelle, sinon vous donnez votre accord pour recevoir ce poison qui va s’infiltrer en vous. En n’en faisant pas une affaire personnelle vous vous immunisé contre ce poison. Nous avons des représentations mentales différentes cela vient de notre éducation, expériences, croyances donc ce que les gens disent et font n’est qu’une projection de leur vérité. Si quelqu’un vous insulte, il vous transmet sa vision du monde, c’est sa vérité et vous n’êtes pas responsable. Quand vous avez pris l’habitude de jamais en faire une affaire personnelle, les événements qui vous arrive n’auront aucune emprise sur vous. Vous serez une fois de plus immunisé contre le poison émotionnel. Vous gagnerez en confiance en soi, en liberté. « Ce que vous pensez, ce que vous ressentez, c’est votre problème, pas le mien. C’est votre façon de voir le monde. Cela ne me touche pas personnellement, parce que vous n’êtes confronté qu’à vous-même, pas à moi »

3éme Accord « Ne faites pas de suppositions »

Nous avons tendance à faire des suppositions sur les autres. Les suppositions sont comme la médisance. Nous en faisons sans arrêt sans y faire attention elle sont devenues une habitude. Le problème est que nous croyons qu’elles sont une vérité et nous finissons par en faire une affaire personnelle. Au final nous souffrons de nos suppositions parce que souvent nous en voulons aux autres pour des choses qu’ils n’ont pas faites ou dites. Oser poser des questions afin d’éviter tout problème émotionnel.

4éme Accord «  Faites toujours de votre mieux ».

C’est celui qui vous transformera les trois autres en habitudes solidement. Faire des son mieux, c’est donner le meilleur de soi-même dans chaque tache à effectuer. Etre dans l’action et agir c’est être vivant, cette attitude vous permet de profiter pleinement de la vie sans aucun regret. Quelles que soient les circonstances de votre vie, peu importe si vous êtes malades, fatigues « En faisant de votre mieux, l’habitude de mal utiliser votre parole, celle de faire une affaire personnelle de tout ce qui arrive et celle de faire des suppositions vont s’affaiblir et se manifester de moins en moins »

Découvrir un sens à sa vie

Découvrir un sens à sa vie

 

Le psychiatre autrichien Viktor Frankl tente de nous expliquer comment en  tant que prisonnier dans les camps de concentration il a pu continuer à croire en la vie. Les expériences vécues l’ont mené à la logothérapie. Elle a pour but d’aider à trouver un sens à la vie. Frankl dit que beaucoup de maladie soit disant mentales ou psychologiques sont en fait des symptômes du sentiment du vide existentiel, d’un manque de reconnaissance du sens de la vie. Il affirme que nous sommes davantage motivés par un appétit de signification que par le gout du plaisir. La logothérapie (du grec logos: la parole, le discours, la rationalité) s’éloigne de la psychanalyse de Freud dans la mesure ou elle considère que l’être humain cherche avant tout à donner un sens à sa vie plutôt qu’à satisfaire uniquement ses besoins et ses instincts ou à s’adapter à la société et son environnement.  Il  dénonce l’esprit de croisade contre les croyances en considérant que la névrose pourrait être l’ expression d’une religion refusée selon sa thèse: l’inconscient est principalement d’ essence spirituelle.

I). Le vide existentiel

Le vide existentiel est à notre époque très répandu. Au cours de son évolution l’homme a perdu sa foi celle qui lui garantissait le paradis et la tradition qui soutenait son comportement. Désormais ni la foi, ni la tradition ne lui dictent sa conduite. Il lui arrive même de ne pas savoir ce qu’il veut ou il cherche à imiter les autres (conformisme) ou il se plie à leurs désirs (totalitarisme).

II). Notre besoin de sens

Avec la logothérapie  Frankl a aidé des prisonniers à trouver un sens à  leur vie. En essayant de ramener certaines choses  à la conscience de ses  patients prisonniers. Frank  aidait ces prisonnier  à  ramener à leur conscience ce qu’ils désiraient vraiment dans les profondeurs de leur Etre. Le rapport étroit qui existe entre l’état d’esprit d’un homme (son courage et son espoir ; ou perte de ce courage et de cet espoir) et l’immunité de son organisme est le fait que, être privé d’espoir peut avoir un effet dévastateur voir mortel. Le prisonnier qui ne croyait plus en l’avenir  (son avenir) était perdu.

En perdant cette foi, ils perdaient leur  spiritualité et se laisser mourir. Il était indispensable pour Frank,  pour aider un prisonnier à retrouver sa force intérieur,  de lui suggérer un but quelconque. Les paroles de Nietzche « celui qui  a un pourquoi » qui lui tient de but, de finalité, « peut vivre avec n’ importe quel comment » pouvait  servir de principe directeur pour toute assistance psychothérapeutique accordée à ces prisonniers. Chaque fois que l’occasion se présentait, il fallait leur donner un pourquoi (un but) afin de les aider à supporter le terrible comment de leur existence. Malheur à celui qui ne trouvait plus aucun sens à sa vie.

La santé mentale est fondée sur un certain degré de tension entre ce que nous avons déjà réalisé et ce qui nous reste à réaliser, ou sur la différence entre ce qu’on est et ce qu’on devrait être. Ce dont l’humain a besoin, ce n’est pas de vivre sans tension, mais bien de tendre vers un but, de réaliser une mission choisie. L’homme  a  besoin non de se libérer de sa tension, mais plutôt de sentir appeler à accomplir quelque chose. Dans une saine dynamique existentielle chacun éprouve une tension entre son but à atteindre et sa situation actuelle.

III).La responsabilité est l’ essence de l’existence

Apprendre à ceux qui sont en proie au désespoir que l’ important n’était pas ce que nous attendions de la vie, mais ce que la vie attendait de nous. Au lieu de se demander si la vie avait un sens, il fallait s’imaginer que c était la vie qui nous questionnait. Nous devions répondre non par des paroles ou des méditations, mais par des bonnes actions, une bonne conduite…

Notre responsabilité dans la vie consiste à trouver les bonnes réponses aux problèmes qu’elle nous pose et à nous acquitter honnêtement des tâches qu’elle nous assigne. Ces taches qui donnent un sens à la vie sont différentes pour chaque homme et à chaque moment. Les taches dessinent le destin de l’homme. On ne peut comparer ni les hommes ni les destins. Chaque situation exige une réponse particulière. Parfois la situation dans laquelle un homme se trouve exige qu’il ait recours à l’action pour façonner son destin.  D’autres fois, il est plus avantageux pour lui de s’adonner à la contemplation et s’accomplir dans la spiritualité.

 

Le message de la logothérapie se veut résolument optimiste puisque, selon Frankl, l’être humain possède en lui le pouvoir de “transformer une tragédie personnelle en victoire, une souffrance en une réalisation”. Pour lui, ” chaque personne fait face à une question que lui pose l’existence et elle ne peut y répondre qu’en prenant sa propre vie en main”.

La personne qui aborde avec enthousiasme les problèmes de la vie ressemble à une personne qui range soigneusement les feuilles de son calendrier après avoir griffonné quelques notes à l’endos. Elle peut se pencher avec joie et fierté sur toute la richesse contenue dans ces notes. Elle est pleinement consciente de la richesse de son passé, qui contient non seulement la réalité du travail accompli et des amours vécues, mais aussi ses souffrances bravement affrontées. Le pessimiste ressemble à une personne qui voit avec tristesse son calendrier s’amincir de jour en jour à mesure qu’il enlève les feuilles.

 

L’ âme du monde

 

 

Sept sages de différentes religions monothéistes, philosophies et spiritualités se retrouvent au Tibet. Dans un monastère, ils vont partager et transmettre à deux adolescents l’attitude juste à avoir en cette vie pour la réussir, dans le sens le plus profond du terme. Cette attitude d’une vie bonne ou heureuse est ce qu’on appelle la Sagesse. A travers les dialogues la religion, la philosophie et la spiritualité vont nous apprendre à penser bien pour essayer de vivre mieux.

I.Il est plus facile aux hommes de dire ce qui les séparent que ce qui les rassemble.

La question sur laquelle les hommes ne parviendront jamais à s’accorder est celle de la définition de l’Absolu. Pour certain Dieu se confond avec la nature, pour les religions monothéistes, il est le créateur suprême qui parle aux hommes par la voix des prophètes, « Il y a bien d’autres croyances qui nous rassemble » suggère l’un des sage. « Nous croyons tous, par exemple, qu’il existe un monde visible, accessible à nos sens, et un monde invisible dont nous percevons l’existence par notre cœur, notre esprit, notre intuition ». Nous sommes convaincus que cette vie est capitale, que nos pensées et nos actes déterminent non seulement notre bonheur sur terre mais la vie future après la mort. La recherche de la sagesse réunit tous les hommes en quête d’un noble idéal de vie, qu’ils soient croyants ou non. Les sept sages vont apporter les réponses tirés de leur tradition ou de leur inspiration qui résument l’essentiel de la sagesse. Afin d éviter toute référence explicite à ce que certains d’entre eux nomment « Dieu » « le Dharma » « le divin » « le Tao » ou « l’Absolu ». Tous les sages se mettent d’ accord pour mettre de coté les aspects théologiques et ritualistes qui distinguent leurs traditions respectives et ne garder que les préceptes qui aident à vivre et avancer sur le chemin spirituel. Ils se sont entendus pour utiliser une seule expression « l’âme du monde ».(L’ auteur ne précise pas quel sage prend parole).

II.Tout le monde préfère descendre le fleuve plutôt que remonter à la Source

Notre corps a faim et soif et  la faim de notre âme c’est la vocation profonde que nous portons en nous, ce sens ultime de notre vie. Tant que nous n’avons pas trouvé cette vocation nous serons d’eternels affamés et nous nous leurrons en poursuivant des buts illusoires. Nous avons une source à trouver qui seule pourra désaltérer la soif de notre âme, et malheureusement bien peu d’homme le savent. Le monde moderne par sa rationalité à placer l’homme au centre et l’a coupé de sa Nature profonde, de sa Nature spirituel. Les hommes préfèrent descendre le fleuve, plutôt que de remonter à la Source. Cette source, on l’a nommée de bien des manières : «l’union au divin », «la liberté ultime », « l’éveil ». Peu importe son nom : Une seule chose compte cheminer vers elle pour étancher à jamais sa soif.

IV. L’âme  dirige le corps physique et le corps psychique

Apprendre à vivre, cela commence par apprendre à connaitre et prendre soin de son corps, de son psychisme et de son esprit et favoriser la bonne entente entre ces trois dimensions de notre être. Ton corps a besoin de nourriture, de repos, de respirer afin d’avoir l’énergie nécessaire. L’énergie vitale, qui circule dans nos jambes, nos besoins, notre ventre… Le corps psychique est invisible pour les yeux. Nous sentons son existence à travers notre sensibilité, nos émotions, nos états d’âmes, notre bonheur, notre relations aux autres, notre perception de la vie. Celui qui dirige notre corps physique et notre corps psychique, c est l’esprit ou l’âme. Il est le don le plus précieux que la vie a offert. C’est par elle que nous ressentons la beauté et l’harmonie du monde. C’est par elle que nous pleurons devant un beau paysage, devant l’harmonie et la beauté du monde. C’est par elle que nous sentons toute la grandeur de la vie, mais aussi toute la détresse des âmes vides. C est par elle que nous aspirons à une parfaite liberté. C’ est elle qui nous met en quête de la Source qui puisse enfin désaltérer notre soif. Nos âmes ont des besoins invisibles aux yeux. Elles se nourrissent de connaissance, d’études, de savoirs qui mènent à la Vérité. Elles se nourrissent de relations aimantes, d’échanges désintéressés, de communion avec tout être humain, de don de soi. Elle se nourrit de partage, de justice, de fraternité.

V.La libération passe par la connaissance de soi et le dépassement de soi

Le commencement de la sagesse c’est de tourner son regard vers soi même et d’apprendre qui nous sommes, quels sont nos motivations, nos besoins, nos attirances, nos habitudes, nos addictions. Une fine observation de notre comportement, de nos réactions, de nos émotions, permet de nous connaitre et de nous donner une direction. Trouver un sens à sa vie, c est être libre de ses choix et de ses actions. Sans sens de notre vie nous poursuivons des buts illusoires comme la renommé, le statut social, les choses matérielles…La connaissance de soi et du monde nous rend plus libre. C’ est pourquoi un maitre de la sagesse disait « connais toi toi-même, et tu connaîtras le monde et les dieux ». L’amour permet le dépassement de soi, de l’intérêt égoïste de mon être. Je ne cherche plus mon propre intérêt dans le monde, je me sens partie intégrante du monde. Je ne dis plus «si le monde était bien fait, il répondrait à tous mes désirs « mais je dis « Mon seul désir est d être pleinement présent et ouvert au monde tel qu’il est ».Nous ne pouvons nous libérer du monde, mais nous pouvons nous libérer de notre monde : la prison de nos croyances et de notre ego. L’ amour est cette chose étrange qui dilate le cœur et l’ âme. Notre cœur une fois qu’il résonne à la vibration de « l’âme du monde » peut savourer d’un rien un sourire, une fleur, un nuage dans le ciel. Cet état d’être dans le moment présent devient ce que les spiritualités du monde appellent un « délivré vivant » un « éveillé un sage ».

 

Ce livre spirituel dirige notre attention sur nous même, c’est parce que nous sommes fermés à étudier notre Nature qui est à la fois physique, intellectuelle, émotionnelle et spirituelle que nous alimentons notre ego,« L’ignorance est mère de tous les vices ». Nous préférons rester dans un malheur confortable et indolore plutôt que d’accepter de développez notre intelligence et nos connaissances pour apprendre à discerner et atteindre la sagesse donc la paix de l’âme.